Nouvelles en vrac

Nouvelles, contes et autres textes courts…

Une vocation (partie 14)

Classé dans : les enfants d'Aérion — 9 octobre, 2015 @ 9:25

oeuf

Nous dévalons la montagne à grande vitesse. L’œuf est terriblement lourd entre mes bras. J’ai hâte de m’en débarrasser de peur de le voir éclore… et si un de ces montres en surgissait là, tout de suite ? Je préfère mettre cette pensée en sourdine pour l’instant et me concentrer sur ma course folle jusqu’au portail. Un concert de rugissements nous avertit que ce que nous craignions vient d’arriver : les dragons noirs sont sortis de leur sommeil. Je ne prends pas la peine de me retourner pour surveiller leur progression. Leurs cris de plus en plus proches ne laissent aucun doute. Ils nous talonnent.

Devant moi, Dhiny et Hahès prennent de l’avance… Héroïquement, je résiste à l’envie de jeter l’œuf pour être plus légère et plus libre de mes mouvements. J’entends des mâchoires claquer à deux doigts de moi. Où est donc ce fichu portail ? En bas de la pente, mes deux condisciples se sont arrêtés et me font face. Que comptent-ils donc faire ? Ni moi, ni les dragons ne pouvons être atteints par leur magie ! Je sens le sol se dérober sous mes pieds. La terre est devenue liquide et je glisse sur le dos. Hahès et Dhiny se sont remis à courir. C’est tout ce qu’ils ont trouvé pour me venir en aide ?

Je suis un peu vexée car ma position n’est pas très glorieuse, mais il faut bien reconnaître que la méthode est efficace. Je suis la première arrivée au portail. Mes compagnons l’atteignent à leur tour, me prennent chacun par la taille pour que je puisse me relever et nous passons ensemble de l’autre côté. Juste à temps semble-t-il ! Je crois bien avoir senti le souffle chaud d’un dragon dans mon dos…

Je pose délicatement l’œuf sur le sol. Mes bras sont endoloris et mes jambes encore toutes tremblantes. Les deux magiciens ne sont pas plus vaillants que moi, même si Hahès s’empresse de reprendre son air hautain. Je m’assois pour souffler un peu. Quelqu’un s’approche de nous. Il s’agit du mage rouge qui avait assisté à notre départ. Avons-nous réussi l’épreuve assez rapidement ? Son visage impassible ne laisse rien deviner. Il nous faut attendre qu’il se décide à parler…

A suivre…

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire

 

Les livres de Jean-Philippe... |
Diapoésies musicales |
passion littéraire |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lire puis écrire
| Pour l'amour de la langue e...
| Laisse moi mettre des poème...