Nouvelles en vrac

Nouvelles, contes et autres textes courts…

Icare

Classé dans : texte court — 4 avril, 2016 @ 10:18

L’Histoire m’a calomnié… On dit que je suis mort par vanité alors qu’en réalité, c’est par amour que j’ai succombé. Mon père, le célèbre Dédale, était connu pour ses travaux en Crête. Il était l’auteur du labyrinthe du Minotaure, triste lieu où avaient péri tant de jeunes gens. Pour sauver nos vies, nous dûmes fuir l’endroit. Impossible d’emprunter le moindre bateau… Nous aurions été tout de suite repris.
Mon père a donc usé de son génie pour nous fabriquer des ailes de plumes et de cire. Un ingénieux dispositif, je dois le reconnaître. Nous prîmes notre envol ensemble. Il est vrai qu’il m’avait recommandé de ne pas approcher du soleil… mais il aurait mieux fait de m’interdire de le regarder.
J’ai levé les yeux vers l’astre brûlant et je l’ai vue… Oh qu’elle était belle cette demoiselle de feu et de flammes ! Elle étendait gracieusement ses rayons vers nous. J’y vis une invitation à la rejoindre. La voix de mon père s’éleva, tandis que je volais vers elle. Il me traitait de fou, me suppliait de redescendre. Peine perdue ! Comment aurais-je pu résister au charme de cette enivrante créature ?
Je suis montée vers elle sans me retourner. J’ai senti la cire fondre sur la peau. Mais l’histoire a menti. Je ne suis pas tombé. Je me suis consumé, enflammé par l’objet de mon amour. Désormais, je vis en elle, flamme parmi les flammes, dans la chaleur d’un amour éternel…

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire

 

Les livres de Jean-Philippe... |
Diapoésies musicales |
passion littéraire |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lire puis écrire
| Pour l'amour de la langue e...
| Laisse moi mettre des poème...