Nouvelles en vrac

Nouvelles, contes et autres textes courts…

Cache cache

Classé dans : texte court — 14 avril, 2016 @ 10:25

« A trois j’arrive ! » Sa voix est toute proche. Il a déjà commencé à me chercher ce sale tricheur ! Je suis en boule sous le lit… pas très original, mais c’est tout ce que j’ai trouvé en soi peu de temps. J’entends ses pas dans le couloir. « Alors, où donc es-tu ? Dans la chambre du bout ? Oui, sans doute…. les autres sont fermées ! » Il est sur le palier. Je vois ses pieds. Il porte de grosses chaussures de sécurité. Elles sont toutes crottées et font de grosses traces de boue sur la moquette.
Il se dirige vers l’armoire, à gauche du lit. Doucement il ouvre la porte. Je l’entends farfouiller dans la penderie. « Où es-tu mon poussin ? Pas ici, fait-il d’un ton rieur.. mais sans doute pas très loin. » Il contourne le lit, regarde sous le bureau. Il prend son temps. « Oh, pas ici non plus, fait-il faussement étonné. Il ne reste qu’une seule cachette possible alors ! »
Il se penche et regarde sous le lit. Je reçois l’éclat métallique de ses yeux bleus. Il sourit, mais ça n’a rien d’amical. « Voilà, je l’ai trouvée ! Viens par ici ! Je vais te ramener à tes parents. » Je sais bien qu’il ment. C’est un officier allemand, celui qui a emmené mes parents la veille au soir. Je croyais lui avoir échappé, mais un voisin m’a sûrement dénoncée. Je serre les dents tandis qu’il m’entraîne dans l’escalier, nous descendons vers la rue… ou vers l’enfer.

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire

 

Les livres de Jean-Philippe... |
Diapoésies musicales |
passion littéraire |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lire puis écrire
| Pour l'amour de la langue e...
| Laisse moi mettre des poème...